Les véhicules connectés sont en perpétuelle évolution. En allant par une simple connexion 3G pour se connecter à son email ou encore son portable, jusqu’à l’autonomie totale du véhicule, le chemin est long.

vehicule-connecte

Les connectivités de base

À la base, la question de connectivité restait à la connexion Internet. Grâce à une carte SIM introduite dans un boîtier, le conducteur peut tout contrôler à partir de son tableau de bord. Il peut accéder à ses documents en ligne, utiliser son portable sans avoir à le toucher, etc. Grâce à un écran tactile sur le tableau de bord, le conducteur peut faire plus. Il peut naviguer facilement sur le web pour écouter de la musique, chercher des informations. Une fonction vocale est désormais mise en place pour que le conducteur n’ait plus à regarder l’écran de son tableau de bord tout le temps. Celui-ci communique par voix au conducteur les informations dont il a besoin. Outre le côté infodivertissement, la connectivité promet plus de sécurité et praticité au conducteur. Elle facilite la conduite d’un véhicule en avertissant et en informant le conducteur sur de nombreux points : distance à parcourir pour arriver à un endroit, présence d’une voiture devant ou à l’arrière, éventuels obstacles sur la route, etc. La connectivité permet également à son propriétaire ou à un tiers de connaître la position d’une voiture, sa direction en temps réel.

atelier-voiture-autonome

Les connectivités avancées

Très bientôt, les constructeurs parviendront à un véhicule autonome, qui ne nécessite pas de conducteur. Il existe deux types de système de connectivité : entre voiture-infrastructure (panneaux de signalisation, feux de circulation, etc.) et entre voiture-voiture. Des informations sont obtenues par le conducteur concernant les différentes infrastructures de la route. Par ailleurs, des informations sont interchangées entre tous les véhicules (position, vitesse et éventuels problèmes). Ces informations permettent de réduire les accidents, d’alléger les trafics et de diminuer la consommation de carburant. Il s’agit là des systèmes V2I et V2V. Prochainement viendra la mise en route du système V2X déjà testé par de nombreux constructeurs. C’est le système qui permet à une voiture de rouler sans conducteur. Google a déjà par exemple testé son prototype qui a roulé 480 000 km, dont 80 000 km sans conducteur. Une seule faille a été déclarée.
Texte 4 :